Blogs DHNET.BE
DHNET.BE | Créer un Blog | Avertir le modérateur

crédit

  • Le crédit à la consommation

    Il y a peu, je me suis rendu à Rome pour assister à un séminaire consacré à l'économie où il a été grandement question de la fonction de consommation. Si je n'en ai pas tout retenu, il y avait tout de même un intervenant qui se penchait sur la question des biens de consommation durables et des crédits de consommation. La plupart des emprunts des consommateurs servent en réalité à financer l'achat de biens de consommation durables (il existe des exceptions, mais très peu de gens s'offrent des voyages ou des loisirs à crédit). Le crédit sert donc à l'achat de biens d’équipement familiaux, comme : des ordinateurs, des salons, ou encore des automobiles. Il faut dire qu'acquérir une voiture peut coûter le salaire d'une année entière, ce qui encourage nettement le crédit. Et à cet égard, deux aspects du crédit à la consommation ont une répercussion sur la dépense de consommation. En premier lieu, il faut prendre en compte le volume de crédit consenti. Si les banques décident d’accorder des découverts plus importants, il est évident que plus de gens dépenseront au delà de leur revenu disponible et se procureront la cuisine de leurs rêves à crédit. Une extension de l’offre de crédit à la consommation projette la fonction de consommation vers le haut. Les gens dépensent plus, quel que soit le niveau du revenu disponible. En second lieu, le coût du crédit à la consommation doit également être étudié de près. Car les faits ont prouvé que plus le taux d’intérêt est grand, moins le montant que les gens peuvent emprunter est grand, car il leur incombe de rembourser le principal mais les intérêts avec. Ainsi, comme le prouvait cet intervenant à travers de nombreux exemples, la monnaie et les taux d’intérêt impactent sur la demande de consommation, par leurs effets sur le volume du crédit à la consommation et les taux d’intérêt retenus concernant ce dernier. Un accroissement de la base monétaire amplifie les encaisses du système bancaire et permet à ce dernier d'autoriser plus de crédits à la consommation par l'entremise des découverts. De même, en modérant le coût du crédit, la baisse des taux d’intérêt permet aux ménages d'emprunter plus tout en demeurant capables de régler les intérêts et de rembourser le principal. Lors de ce séminaire à Rome, l'intervenant montrait nettement que ces deux leviers étaient responsables de la plupart des déplacements de la fonction de consommation. Suivez le lien pour les infos relatives à l’organisateur de cette manifestation.

    12357909_1082873098398031_1189296139_n.jpg